Naissance de l’industrie du lavage auto

1924, Chicago : création de l’Auto Wash Bowl, la première station de lavage.

1962, Weigele et Sulzberger mettent au point la première installation de lavage auto, la WESUMAT I, surnommée aussi la « rotative ». Ce sera la naissance de l’industrie du lavage1.

L'Auto Wash Bowl

Carte postale de l'"Auto Wash Bowl", à Chicago (1924)

Carl Bohland a breveté l’« Auto Wash Bowl », la cuvette de lavage automatique, en 1921.

Son idée était de faire rouler les voitures dans une grande cuvette en béton remplie d’eau. Après avoir fait le tour de la cuve plusieurs fois, les voitures seraient propres. Ou, du moins, plus propres.

Il eu un « Auto Wash Bowl » à l’angle nord-ouest de la 42ème rue et de la South Michigan Avenue (photo ci-dessus).

Création du Wesumat 1

Le lavage auto s’industrialisera à partir de 1962, année de la création du Wesumat 1, ancêtre du portique à rouleaux, breveté par deux architectes Allemands, Gebhard Weigele et Johann Sulzberger.

Ses deux brosses formant un L tournaient autour des voitures, d’où son surnom de carrousel.

Au début des années 1960, la technologie des brosses était déjà utilisée dans les systèmes de lavage des trains. Mais c’était très, très cher. Et c’est ainsi que Weigele et Sulzberger ont eu l’idée d’un système « circulaire » – c’est-à-dire qu’un gros pinceau et demi (pour le toit) devrait faire le tour de la voiture sur un rail. Simple et génial. Les deux architectes avaient réussi une percée. Des problèmes mineurs devaient encore être résolus, bien sûr – comme la brosse se coinçant dans le pare-chocs ou les plaques d’immatriculation se pliant.

En 8 août 1962, Weigele et Sulzberger ont déposé le brevet sous le numéro DE 1187943. Le « Wesumat 1 » a été présenté au monde, à Augsbourg, comme le premier lave-auto automatique.

Gebhard Weigele et Johann Sulzberger étaient architectes. Leurs voitures étaient toujours totalement sales des chantiers de construction. Alors, comment nettoyer les voitures sans trop d’efforts ? Alors l’idée d’un lave-auto est venue à l’esprit des deux messieurs, mais le chemin devait être semé d’embûches. Les premières tentatives pour « raser » les voitures avec de la sciure de bois ou de la poussière de liège ont échoué. De la sciure a absorbé de l’eau, de la poussière de liège a pénétré dans le véhicule par la ventilation et a atteint les yeux du conducteur. Comme Weigele l’a révélé dans l’une de ses dernières interviews à ANTENNE BAYERN, il voulait jeter l’éponge, mais sa femme Paula l’a persuadé de continuer – de continuer à bricoler.

L'évolution du matériel

Un an plus tard, sera mis au point un système électrique à trois brosses (par Kleindienst), proche des machines actuelles.

La haute pression

Le lavage haute pression sera inventé, à Neuchâtel, en Suisse, en 1964.

En sulfatant les vignes de son beau-père, l’entrepreneur Maurice Paquette a l’idée d’adapter le pulvérisateur pour nettoyer les véhicules de sa société. Sa machine, Hypromat, est commercialisée en 1967.

En France, le premier centre de lavage équipé de pistes haute pression ouvre à Besançon, en 1975. La filiale française sera renommée Éléphant Bleu en 1984. Elle se décline en franchise dès 1987 et prend une envergure nationale dans les années 1990. 

Lavage et séchage

La société Kleindienst présentera, en 1969, la première installation combinant le lavage et le séchage entièrement automatisés pour un lavage auto impeccable.

...

Visited 250 Times, 1 Visit today

CASCARET information

Vous pourriez aimer...