Le nouveau millénaire - 2000-2012

Un nouveau nom et une énergie plus propre.

Logo BP - Hélios
Logo BP - Hélios

Avec l’arrivé d’un nouveau millénaire vint un nouvel objectif pour l’entreprise – au cours des cinq premières années, son nom changea pour BP, elle misa sur ses actifs plus récents et créa une activité énergie alternative et à faible émission de carbone.

Sommaire

En 2000, BP Amoco acquit à la fois la société pétrolière et gazière américaine ARCO et la société de lubrifiants et de produits chimiques Burmah Castrol.

Après avoir conclu des accords de rapprochements avec Amoco, ARCO, Burmah Castrol et d’autres, BP Amoco annonça en juillet 2000 qu’elle allait s’appeler tout simplement BP et révélera “Helios”, un logo en forme de tournesol vert et jaune nommé en l’honneur du dieu grec du soleil. La maison mère changea officiellement son nom de BP Amoco plc en BP plc lors de l’assemblée annuelle de l’année suivante.

En 2001, BP annonça l’achat de Veba Oil à E.On, faisant entrer Aral – la principale marque de vente au détail en Allemagne et l’un des réseaux de stations-service les plus modernes du Luxembourg – dans le groupe BP.

En 2003, BP et un groupement d’hommes d’affaires russes, l’AAR, ont annoncé la fusion des intérêts russes de BP avec ceux de TNK d’AAR pour former TNK-BP, une coentreprise à parts égales qui serait ainsi la troisième plus grande société pétrolière et gazière de Russie. Bob Dudley en sera nommé le directeur général.

Au revoir au gisement Forties

Dans le cadre de sa politique de concentration sur les investissements les plus récents, BP venda ses parts dans le gisement Forties, le premier champ important en mer du Nord britannique. BP vendit également ses dernières actions dans le charbon, ça participation dans la mine KPC en Indonésie.

Conformément au discours prononcé en 1997 par Lord Browne, directeur général du groupe, selon lequel le réchauffement climatique était réel et qu’il fallait agir, BP créa en 2005 une entreprise dédiée aux énergies alternatives à faible émission de carbone, BP Alternative Energy, regroupant les intérêts de BP dans les énergies solaire et éolienne, les biocarburants, le captage et le stockage du CO² et la production d’électricité au gaz. BP déclara qu’elle prévoyait d’investir jusqu’à 8 milliards de dollars dans cette activité sur 10 ans – ce qui a été réalisé en 2013.

Lancement de BP Ultimate

Logo bp Ultimate

En 2005, BP lancera BP Ultimate, une nouvelle génération de carburants spécialement conçus pour apporter à tous les types de véhicules, essence et diesel, une meilleure performance sans polluer davantage.

Le 23 mars 2005, 15 travailleurs ont été tués et plus de 170 blessés dans une explosion à la raffinerie de Texas City. Lord Browne s’engagea à empêcher tout autre catastrophe.

Au cours de l’été 2005, Thunder Horse,la nouvelle plate-forme de production flottante géante Thunder Horse de BP dans le Golfe du Mexique, qui était encore en cours de mise en service, a failli couler suite au passage d’un ouragan. Plus tard dans l’année, BP a accepté de vendre Innovene, la plus importante partie de ses activités pétrochimiques, compranant des raffineries en Écosse et en France, à la société de produits chimiques Ineos, à la société chimique britannique Ineos pour 9 milliards de dollars.

La mise en service du pipeline BTC (Bakou-Tblisi-Ceyhan), un pipelinde de 1 800 km, acheminant le pétrole des gisements azerbaïdjanais de la mer Caspienne vers la mer Méditerranée, fut achevée en 2006.

En 2006, des déversements d’hydrocarbures dus à des fuites de l’oléoduc en mars puis en août conduisirent à l’arrêt partiel de la production du gisement de Prudhoe Bay exploité par BP en Alaska. La production complète a repris après une inspection complète des lignes de transit. BP s’est engagé à dépenser près de 550 millions de dollars en Alaska pour la gestion de son intégrité, en remplaçant des tronçons de 16 miles (environ 25,7 4km).

Toujours en 2006, les autorités américaines ont pris des mesures contre BP, invoquant la manipulation des marchés du propane.

Bienvenue Rotterdam

BP vendit Coryton, en 2007, sa dernière raffinerie au Royaume-Uni, puis a a racheté les parts de son partenaire pour devenir propriétaire de la raffinerie de Rotterdam aux Pays-Bas.

En mai 2007, Lord Browne a démissionné de son poste de directeur général du groupe BP à la suite d’allégations concernant sa vie privée. Il a été remplacé en tant que directeur général par Tony Hayward, qui était à la tête du département exploration et production de BP.

Dans les eaux profondes de l’Angola, le projet Greater Plutonio est entré en service.

En 2008, BP acquit une participation de 50% dans Tropical Bioenergia, faisant ainsi son entrée dans l’industrie brésilienne de la transformation de la canne à sucre en bioéthanol.

Après une longue période de conflit, BP et AAR ont accepté de résoudre leurs différends concernant TNK-BP ; Bob Dudley démissionna de son poste de directeur général de TNK-BP.

La même année, BP est devenu partenaire de Londres 2012, les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2012.

Raffinerie de Texas City

Le 23 mars 2005, 15 travailleurs ont été tués et plus de 170 blessés dans une explosion à la raffinerie de Texas City, aux États-Unis.

En octobre, BP annonça la création du comité indépendant d’évaluation de la sécurité des raffineries américaines de BP. Au début de l’année 2007, ce groupe, présidé par l’ancien secrétaire d’État américain James Baker, a présenté un rapport sur la politique de sécurité dans les raffineries américaines de BP.

Le comité a constaté que, bien que BP se soit concentré sur les performances en matière de sécurité personnelle – là où des améliorations significatives étaient obtenues – l’accent n’avait pas était suffisamment mis sur la sécurité des opérations. Il a déclaré qu’en se concentrant sur l’amélioration des statistiques de sécurité personnelle, le groupe avait développé un faux sentiment de confiance dans sa politique de sécurité.

Dix recommandations

BP s’est publiquement engagé à mettre en œuvre les 10 recommandations du groupe d’experts et à intégrer ces actions aux nombreuses activités déjà en cours pour améliorer les systèmes de sécurité et de protection de la santé dans toutes ses raffineries américaines. Elle a alloué 1 milliard de dollars pour améliorer et entretenir la raffinerie au cours des cinq années suivantes.

Dans l’ensemble de son système de raffinage américain, BP s’est attaqué aux facteurs qui ont contribué à l’incident, ainsi qu’au contrôle des systèmes de production, à la politique de sécurité des opérations et au management. Entre 2007 et 2010, elle a dépensé 7 milliards de dollars pour améliorer tous les aspects de la sécurité dans ses raffineries américaines et également pour remplacer les infrastructures en Alaska.

Dans le monde entier, BP a procédé à de nouvelles évaluations des risques d’accident de toutes ses opérations majeures et a commencé à mettre en œuvre une norme actualisée de gestion de la sécurité qui s’appliquerait à chaque équipement important.

BP et CNPC de Chine ont signé un accord en 2009 avec le SOC irakien pour exploiter et développer la production à partir de l’énorme gisement pétrolier de Rumaila, dans le sud de l’Irak.

En janvier 2010, Carl-Henric Svanberg succéda à Peter Sutherland à la présidence de BP.

BP deviendra le partenaire énergétique officiel du Comité olympique américain et un sponsor des équipes olympiques et paralympiques américaines de 2010 et 2012.

Deepwater Horizon

Bateaux-pompes combattant l’incendie de la plate-forme pétrolière le 21 avril 2010. (Wikipédia)
Le 20 avril, une explosion et l’incendie qui en à suivi ont entraîné la perte de 11 vies et le naufrage de la plate-forme de forage Transocean Deepwater Horizon, qui achevait ses opérations sur le puits Macondo dans le golfe du Mexique (voir la réponse de BP, ci-dessous, et trouver en savoir plus sur son engagement dans le golfe du Mexique).

En octobre 2010, Tony Hayward a démissionné de ses fonctions de directeur général du groupe BP pour être remplacé par Bob Dudley.

En janvier 2011, BP a annoncé la vente de deux de ses raffineries américaines, Texas City au Texas et Carson en Californie. BP prévu de concentrer ses activités et ses investissements sur ses trois raffineries américaines restantes – Whiting, Cherry Point et Toledo – qui bénéficient d’un accès à des matières premières de qualité. En ce qui concerne la raffinerie de Whiting, près de Chicago, des investissements importants ont permis d’augmenter considérablement sa capacité à traiter le brut lourd canadien. Ces investissements ont été achevés à la fin de 2013.

Dans le cadre d’un autre partenariat important, BP annonça qu’il prenait une participation de 30% dans les 23 unités pétrolières et gazières détenues par Reliance Industries en Inde. L’accord comprend les champs KG D6, qui sont les plus productifs, et prévoit une coopération concernant la commercialisation du gaz sur le marché indien.

BP a également obtenu une licence pour l’exploration de quatre unités offshore dans le Great Australian Bight, au large des côtes de l’Australie Méridionale, avec le droit de développer toute découverte de pétrole ou de gaz commercialement viables.

En février, BP annonça la construction d’une nouvelle usine de PTA (Acide Téréphtalique Purifié) sur le site de Zhuhai dans la province du Guangdong, en Chine.

BP poursuivi à développer son activité, en plain développement, dans le domaine des biocarburants au Brésil avec l’acquisition, en mars, du producteur d’éthanol et de sucre Companhia Nacional de Açúcar e Álcool (CNAA)..

Clair Ridge obtient le feu vert

Construction de la plate-forme Clair Ridge
Construction de la plate-forme de Clair Ridge

En octobre 2011, le gouvernement britannique a accordé à BP et à ses partenaires – Shell, ConocoPhillips et Chevron – l’autorisation de poursuivre le projet Clair Ridge, d’une valeur de 4,5 milliards de livres sterling (env. 4,9 milliards d’euros), la deuxième phase de développement du champ géant “Clair”, à l’ouest des îles Shetland.

Ce projet faisait partie d’une série d’investissements offshore au Royaume-Uni – comprenant également le projet Quad 204 – qui verra BP et ses partenaires réaliser des investissements totalisant environ 10 milliards de livres sterling (env. 1,086 milliards d’euros) au cours des années à venir. Pour BP, cela représentera le plus important investissement annuel – environ 4 milliards de livres sterling (env. 5,3 milliards d’euros) – que l’entreprise ait jamais engagé en mer du Nord britannique.

En avril 2012, la phase 2 du projet Shah Deniz, d’un montant de 25 milliards de dollars (env. 21,36 milliards d’euros), a obtenu le feu vert. Ce projet permettra d’acheminer 16 milliards de m3 de gaz par an de la mer Caspienne vers la Turquie et l’Europe, ouvrant ainsi le « corridor gazier méridional », les premières exportations de gaz étant attendues en 2017.

BP fut partenaire des Jeux olympiques et paralympiques de 2012 qui se sont déroulés dans sa ville natale, Londres. (Londres 2012)

En octobre 2012, BP a accepté de vendre à Rosneft sa participation de 50% dans TNK-BP pour 12,3 milliards de dollars (env. 10,5 milliards d’euros) en espèce et une participation de 18,5% dans Rosneft. Avec ses actions déjà en sa possession, cela permet à BP de garder une participation de 19,75% dans Rosneft, la plus grande compagnie pétrolière de Russie.

Deepwater Horizon

Le 20 avril 2010, une explosion et l’incendie qui s’en est suivi ont entraîné la mort de 11 personnes et le naufrage de la plate-forme de forage Transocean Deepwater Horizon, qui achevait des opérations sur le puits Macondo dans le golfe du Mexique, à 130 miles (env. 209 km) au sud-est de la Nouvelle-Orléans. Le pétrole coula du puits pendant 87 jours avant qu’il ne soit définitivement scellé.

Le 1er octobre, Tony Hayward démissionna et Bob Dudley le remplaça au poste de directeur général de l’entreprise. Pour faire face à ses engagements et à ses responsabilités découlant de l’accident et de la marée noire dans le golfe du Mexique, BP suspendit temporairement le paiement de ses dividendes et annonça un important programme de désinvestissement.

Au cours des quatre années qui suivirent, BP vendit 38 milliards de dollars (env. 32,5 milliard d’euros) d’actifs dans le monde entier, vendant des actifs non essentiels et concentrant son portefeuille mondial d’activités.

Le programme comprit la sortie de BP des activités en amont au Venezuela, au Vietnam et dans deux autres pays ainsi que la cession de champs de pétroliers et de gaziers, de raffineries et d’activités de commercialisation, entre autres.

BP créa également une nouvelle division sécurité dotée de pouvoirs étendus, pour superviser et auditer ses opérations dans le monde entier.

Faire de BP une entreprise plus sûre et consciente des risques fût la principale priorité du plan en 10 points annoncé par Bob Dudley en 2011, conçu pour assurer la fiabilité et restaurer la confiance en ses valeurs, pour les trois années suivantes.

Un engagement en faveur de la recherche

En août, BP a réaffirmé son engagement en faveur de la recherche et du développement en créant un centre de recherche international doté de 100 millions de dollars (env. 85,4 millions d’euros) sur une période de 10 ans, le BP International Center for Advanced Materials, basé à l’Université de Manchester, au Royaume-Uni.

En décembre 2012, débuta la construction d’une nouvelle installation sur le campus de BP à Houston, pour y abriter le plus grand complexe de supercalculateurs pour la recherche industrielle au monde. Le centre de calcul à haute performance, qui ouvrit à la mi-2013, servit de plateforme mondiale pour le traitement et la gestion des données géologiques et sismiques de l’ensemble du portefeuille de BP.

Sources et références

Ailleurs sur le site

Retrouvez BP sur le site
Bidon BP ENERGOL blanc
Les bidons d'huiles...
Logos historiques BP
L'histoire du groupe
RENAULT CAMION CITERNE GALION BP 1960 1/43 NOREV
Jouets et miniatures
Quelques marques du groupe BP
Les marques du groupe
Globe BP lettres jaune fond vert
Les globes
Un camion de livraison des années 1930 faisant la publicité de BP Ethyl. BP et Shell ont partagé une entreprise commune de commercialisation au Royaume-Uni en raison des conditions économiques difficiles.
Les moyens de transport