Expansion de l’automobile – 1918

Alors qu’aux USA la culture de l’automobile avait depuis longtemps triomphé, sur le vieux continent elle restait un jouet coûteux réservé à quelques privilégiés.

Mais quelque chose était en train de changer, et ces quelques voitures allaient se multiplier rapidement. Ce succès qui, en Amérique, était dû à Henry Ford et à ses petites voitures économiques, fut en Europe un effet de la Première Guerre mondiale. Les véhicules à moteur s’étaient distingués sur le champ de bataille, démontrant qu’ils étaient utiles et fiables, et ils ont ainsi suscité l’intérêt du grand public.

Les pompes à essence existaient déjà en Europe avant et pendant la guerre. En 1910, Bowser vendait une version simple de la pompe auto-mesurante en France destinée à être installée avec un réservoir souterrain ; quelques années plus tard, ce modèle et d’autres apparaitront dans d’autres parties de l’Europe.

En 1918, la société italienne S.A. Bergomi a présenté l’encombrante pompe « Securitas », utilisée par certains grands garages et hôtels ; des pompes tout aussi encombrantes sont mises au service de la Compagnie des Omnibus de Paris ; les forces armées utiliseront massivement des pompes à essence partout où il y avait des combats.

Dans la rue, rien : les épiceries et les pharmacies suffisent amplement pour remplir une dizaine de réservoirs d’essence par jour. Mais dès que les routes ont commencé à se remplir d’automobiles, la colonnine ou « petite colonne », comme on a appelé la pompe à essence, fait son apparition en Europe.

L’expérience américaine étant derrière nous, il n’y avait presque plus rien à inventer.

AMERICAN, partie visible, 1918

Visited 140 Times, 1 Visit today

CASCARET information

Vous pourriez aimer...