Découverte d’hydrocarbures en France -1939

1939, suite à l’envahissement de la la Pologne par l’armée allemande, sera une année marquée par l’entrée en guerre du monde occidental, le 1er septembre.

On le sait moins mais, deux moi plus tôt, le 14 juillet, sera découvert les premiers hydrocarbures en Francewiki-total.

Montage d'un séparateur de gaz (© totalenergies.com)

À la suite de la Première Guerre mondiale, le gouvernement français se rend compte de l’importance du pétrole dans la conduite de la guerre et veut se doter d’un système d’approvisionnement de pétrole approprié et solide.

Sans essence, les avions ne peuvent voler, ni les camions rouler, ni les tracteurs de l’artillerie de campagne avancer. Or un seul fournisseur, étranger, fournit à cette époque 80 % du pétrole mondial : ce sont les États-Unis.

Table des matières

On se demande alors s’il y a ou non du pétrole sous le sol national, une grande campagne de prospection commence. Entre 1920 et 1935, des permis de recherche sont distribués à grande échelle pour toutes les régions de France, mais surtout dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Léon Bertrand, géologue eut l’intuition en 1921 que la structure géologique (de l’avant-pays pyrénéen) pourrait éventuellement abriter un gisement d’hydrocarbures 4. L’Office national des Combustibles Liquides ordonnera la réalisation d’un sondage. On y découvrira le premier gisement français wiki-total.

Créé en 1925, l’Office National des Combustibles liquides (ONCL) a pour objectif de rechercher en France et dans les colonies, des gisements pétrolifères exploitables.

Dix ans après les résultats sont limités, l’unique gisement français se trouve en Alsace. En Aquitaine, deux études ont été menées en 1928 et 1936 mais sont peu encourageantes.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, vers 1937, la consommation française se monte aux environs de 5 millions de tonnes par an dont 40 % en provenance d’Irak. Le reste vient des États-Unis, du Venezuela et de Roumanie.

Ça gaz à Saint-Marcet

En 1937Paul Ramadier , sous secrétaire d’Etat aux mines et combustibles liquides, veut relancer la prospection pétrolière en France. Les moyens alloués à la recherche sont plus importants et les méthodes de prospection évoluent : la géologie prend le pas sur les indices de surface.

14 juillet 1939, est découvert le gisement de gaz de Saint-Marcet (40km de Bordeaux), une commune dans le Comminges, région située au pied des Pyrénées entre Tarbes et Toulouse. Cette découverte engendre une intensification de l’exploration en Aquitaine.

C’est la première découverte d’hydrocarbures en Francewiki-total.

Intuition d’un géologue en 1921, puis un sondage effectué en 1939 et on rêve du Texas. On pense chercher du pétrole mais c’est du gaz qui fait pschitt !

D’une profondeur de 1 600 mètres, les réserves seront estimées à 7 milliards de mètres cubes.

Quand la guerre éclate, deux mois à peine après la découverte de gaz à Saint-Marcet, une quinzaine de forages ont été réalisés.

Initialement, l’objectif de ce sondage était la découverte du pétrole, car, en 1921, le géologue Léon Bertrand avait entrevu le potentiel intéressant du sous-sol du Comminges. Ce dernier devait posséder un volume significatif d’hydrocarbures, principalement le pétrole qui était la ressource fossile suscitant le plus d’intérêt à cette époque.

Ce sera la Régie Autonome des Pétroles (RAP) (ancêtre du groupe Elf) spécialement créée à cet effet, par un décret-loi du 29 juillet 1939, qui aura pour mission d’exploiter cette découverte (à l’intérieur d’un périmètre défini par le décret-loi du 24 août 1939), jusqu’à son déménagement en 1996 à Pau.

Un réseau de pipe-lines amène la production à l’usine de dégazolinage de Boussens, construite en 1948 et mise en service en 1949, et à un atelier de conditionnement de butane et de propane.

Des gazoducs pour alimenter Pau et Toulouse sont également construits. Cela permet quelque peu de répondre aux besoins énergétiques du Sud-Ouest durant cette période d’occupation. Jusqu’à son épuisement en 2009, ce gisement a permis la production de 7 milliards de m³ de gaz fossile et 610 000 tonnes de pétrole7.

 

Retombées

La découverte du gaz à Saint-Marcet a entraîné, en plus de l’unité de dégazolinage, l’installation à Boussens des bureaux de recherche d’Elf-Aquitaine dont le personnel n’a cessé de s’accroître comptant jusqu’à 976 salariés en 1983 dont 192 ingénieurs et cadres, mais aussi l’usine chimique Sidobre-Sinnova et la cimenterie Lafarge8

Elf-Aquitaine quittera le site en 1996 après différentes évolutions, notamment pour la formation de ses cadres.

L'usine de dégazolinage de Boussens

Ce n’est véritablement qu’en 1949 avec la mise en service de l’usine de dégazolinage de Boussens (village de 900 habitants) que l’exploitation en bonne et due forme du gisement de Saint-Marcet commence. C’était l’usine la plus moderne d’Europe à sont ouverture.

Elle fut capable de produire quotidiennement 106 tonnes de carburant liquide, propane, butane et essence.

Antargaz

Cette même année 1949 sera marquée par l’installation du centre emplisseur de bouteilles de gaz de la Société Nationale de Gaz du Sud-Ouest (SNGSO), devenue Antargaz. Elle fut classé Sévéso ce qui vaut la prescription d’un Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) (avec des conséquences financières …) sur la commune de Boussens.

L’usine Antargaz fut spécialisée dans la mise en bouteille de gaz butane et propane. « Il s’agit de produits dangereux à cause de leur densité, puisqu’ils sont plus lourds que l’air. En cas de fuite, ces gaz forment une nappe fixe qui peut dériver vers les zones habitées. Mais l’usine semble offrir les garanties de sécurité. Autour d’Antargaz, le périmètre Seveso est de quatre cents mètres, l’établissement industriel étant situé à environ 1,7 km du village.» Explique  Christian Sans, le maire de Boussens à « La Dépêche du Midi ».

 

1er pétrole exploitable

Petrorep, quand à elle, sera la première compagnie à avoir découvert en 1958 du pétrole exploitable commercialement dans le Bassin parisien.12

Bureau de Recherches des Pétroles

Depuis 1945 (jusqu’au début des années 60), c’est le Bureau de recherches de pétrole (B.R.P.), établissement public national, qui assurera la coordination des recherches pétrolières et participe à leur financement grâce aux subventions budgétaires qui lui sont accordées.

Les dispositions légales ont entraîné un développement extrêmement important des recherches et les dernières années ont été particulièrement marquées par les découvertes du gisement de gaz naturel de Lacq et du gisement de pétrole de Parentis. La production pétrolière de la France métropolitaine est passée de 51.600 tonnes en 1946 à 1.263.600 tonnes en 1956.

Les résultats sont encore plus brillants en ce qui concerne la prospection dans les territoires d’Outre-Mer où les réserves découvertes au Sahara permettront sans doute à la France d’acquérir son autonomie énergétique ; et déjà depuis le mois de mai 1957 le pétrole du Gabon approvisionne les raffineries françaises.BDBDF

Visited 226 Times, 1 Visit today

CASCARET information

Vous pourriez aimer...