New York : faire le plein en libre-service -1967

1967, La Cour Suprême de New York annule une loi interdisant le ravitaillement en libre-service. Auparavant, seuls ceux qui avaient reçu un « certificat d’aptitude » étaient autorisés à faire le plein de voitures.

La Cours Suprême de New York

1967, La Cour Suprême de New York annule une loi interdisant le ravitaillement en libre-service. Auparavant, seuls ceux qui avaient reçu un « certificat d’aptitude » étaient autorisés à faire le plein de voitures.

Cette décision ouvre la voie à d’autres États pour éliminer de la même manière les mandats de service complet.

Et aujourd'hui ?

Aujourd’hui, le libre-service est disponible dans 48 États. 

Le New Jersey et l’Oregon exigent toujours des opérations avec service complet. La loi du New Jersey a été promulguée en 1949 ; celle de l’Oregon en 1951.

Un concept né en 1964 (extrait)

Ed Ruggies, directeur de la supérette Big Top à Westminster, fait la démonstration d'un écran de contrôle qui commande les pompes à essence en mars 1968. (© denverpost.com)

Le 10 juin 1964, au coin du boulevard Federal et de la 74e avenue, l’interrupteur a été actionné sur les premières pompes à essence en libre-service télécommandées du pays (U.S.A.). La vente au détail d’essence n’a plus jamais été pareil.

Certains automobilistes étaient effrayés à l’idée de faire leur propre plein au milieu des années 60

Le propriétaire de Big Top, John Roscoe, a cependant découvert qu’il pouvait attirer les clients vers ce concept radicalement différent en fixant le prix de son essence à 2 ou 3 cents le gallon en dessous de celui de la concurrence.

« Cela a vraiment changé la nature des magasins de proximité et des stations-service », a déclaré M. Roscoe, qui gère aujourd’hui une entreprise de fourniture de cigarettes à rouler à Fairfield, en Californie.

« Nous avons effectivement récupéré le commerce de l’essence des stations-service à service complet sans leurs frais de main-d’œuvre. »

Auparavant, le libre-service exigeait qu’un préposé réinitialise les pompes après chaque ravitaillement en carburant et récupère également l’argent sur l’ilot.

Ce premier jour, les ventes de carburant ne s’élèvent qu’à 124 gallons (env. 469 l), mais cet événement marque le début de l’ère moderne du ravitaillement en libre-service. Au total, les dépanneurs vendent cette quantité de carburant toutes les 0,02 secondes.

Le libre service chez "BIG TOP"

Le système utilisé par Big Tops, dans la région métropolitaine de Denver, a toutefois été considéré comme révolutionnaire car il était le premier à permettre aux employés de rester à l’intérieur des magasins et de réinitialiser les pompes par télécommande.

Certains des concurrents de Roscoe ont commencé à emboîter le pas, mais il a fallu des années aux automobilistes pour vraiment adopter le concept. Une série de lois d’État (U.S.A.) interdisant le libre-service on ralenti son essor.

En 1968, quatre ans après le lancement du Big Top, 23 États avaient encore des interdictions en vigueur.

« Parce que (le libre-service) était si singulier, qu’il a fallu une bonne décennie pour devenir vraiment populaire », a déclaré Jeff Lenard de la National Association of Convenience Stores. « Mais une fois qu’il y est parvenu, les dépanneurs sont rapidement devenus les principales stations de ravitaillement en carburant du pays » (environ 80 % de tout le carburant vendu aux États-Unis en 2012).

Visited 198 Times, 1 Visit today

CASCARET information

Vous pourriez aimer...